Voila à quoi ressemble le coronavirus

Les particules du virus sont parfaitement sphériques. Elles sont « coiffées » de trois protéines en forme de pétale, qui donnent au virus son aspect couronné : S, M et E. Les protéines M et E sont des briques impliquées dans l’assemblage de la particule virale. Quant à la protéine S (« spike » = « pointe » en anglais), elle joue un rôle primordial lors de l’entrée virale. Elle permet au virus de s’attacher à un récepteur à la surface cellulaire et de fusionner avec la membrane saine.

Pour combattre le virus, vous avez absolument besoin de ces nutriments !

La vitamine D est en première ligne contre les attaques virales. Elle participe à la fabrication de peptides anti-microbiens, permettant aux muqueuses (notamment nasale et digestive) d’effectuer  leur rôle de barrière protectrice. La vitamine D est également indispensable à l’activité des globules blancs guerriers. Elle permet de réduire le risque d’une infection aiguë respiratoire, particulièrement chez les personnes âgées.

Appelée « vitamine anti-infectieuse », la vitamine A est impérativement impliquée dans le bon fonctionnement des défenses naturelles. Elle est en quelque sorte « un coéquipier » de la vitamine D. La vitamine A participe à la production d’anticorps sécrétoires (immunoglobulines A) et de molécules anti-inflammatoires surpuissantes (interleukines L4, L10, L22). Elle identifie les menaces virales et elle les combat.

La quercétine fait partie de la grande famille des polyphénols. Les polyphénols ciblent le point d’entrée du coronavirus dans les cellules saines: le récepteur ACE2. Les cellules de l’intestin, des reins et testicules sont particulièrement riches en ACE2. Elles sont exceptionnellement vulnérables aux attaques virales. 

La vitamine C renforce l’activité antivirale de quercétine. Elle en améliore l’absorption intestinale et retarde l’élimination par voie naturelle. Prise en prévention, la vitamine C réduira bel et bien la durée (-8 % chez l’adulte, -14 % chez l’enfant en moyenne) d’une infection virale. En revanche, inutile de démarrer la prise de vitamine C une fois les symptômes installés : elle n’affectera en rien le cours de la maladie et de sa guérison spontanée.

Tous ces nutriments se trouvent ici

Bon à savoir !

Références :

1.Martineau AR, et al. Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: systematic review and meta-analysis of individual participant data. BMJ. 2017 Feb 15; 356: i6583.

2.Chen Y, et al. Structure analysis of the receptor binding of 2019-nCoV. Biochem Biophys Res Commun. 2020 Feb 17. pii: S0006-291X (20)30339-9.

3.Batlle D, et al. Soluble angiotensin-converting enzyme 2: a potential approach for coronavirus infection therapy? Clin Sci (Lond). 2020 Mar 13;134(5):543-545.

4.Hemila H, Chalker E. Vitamin C for preventing and treating the common cold. Cochrane Database Syst Rev 2013;1:CD000980.